top of page

BOUGIE. S. TYSHKEVITCH

À propos de la tradition

Le terme « Tradition de l'Église » fait référence aux enseignements, règles et instructions concernant la foi et les devoirs des chrétiens, entendus par les apôtres de Jésus-Christ ou prêchés par eux sous l'inspiration du Saint-Esprit, mais non enregistrés par eux. Les disciples des Apôtres et les premiers pasteurs de l'Église les communiquèrent à leurs successeurs ; eux, ceux après eux, etc. Par la suite, bien sûr, toutes ces traditions ont été incluses dans les créations des Pères de l'Église et les décrets des Papes et des Conciles œcuméniques. Ainsi, à l'heure actuelle, il n'y a pas une seule tradition chrétienne importante qui ne soit contenue dans les œuvres des Saints Pères, les livres liturgiques ou les chanoines sous une forme ouverte ou légèrement révélée.

L'Écriture seule ne suffit pas pour étudier les vérités de la foi. Elle seule ne peut être reconnue comme vraie et divinement inspirée sans la tradition et les définitions de l'Église. Et qui, sinon l'Église, nous convaincra de la sainteté de la Bible, de l'intégrité de toutes ses parties ? Qui expliquera les passages très obscurs de l'Écriture, qui révélera le vrai sens des textes sacrés et s'accordera sur l'apparente contradiction ? De nombreuses vérités de l'Apocalypse concernant la foi et la morale ne se trouvent pas dans les Saintes Écritures, mais nous sont parvenues des Apôtres, selon la tradition continue (tradition) de l'Église; telle est, par exemple, la vérité que seuls quatre évangiles sont acceptés. Et même la Sainte Écriture elle-même nous convainc que dans l'Église de nombreuses vérités de la foi n'ont été préservées que par la Tradition ; cela ressort, par exemple, des Actes des Apôtres, où il est dit que Jésus-Christ est apparu aux Apôtres pendant quarante jours et leur a parlé du royaume de Dieu ; Ainsi, Jésus-Christ, après sa résurrection, révéla aux apôtres de nombreuses vérités sur l'établissement de la Sainte Église sur terre, et leur enseigna les moyens d'atteindre le royaume des cieux. L'apôtre Paul exhorte les Thessaloniciens à garder fidèles les traditions orales : Par conséquent, frères, tenez bon et observez les traditions qui vous ont été enseignées, soit par la parole, soit par notre épître (II Thess. I; 15). Dans la première épître aux Corinthiens, l'Apôtre écrit : J'arrangerai le reste quand je viendrai (XI ; 34) ; cela montre que l'apôtre Paul, en plus des enseignements écrits dans les épîtres, a donné d'autres instructions qui ont été préservées dans l'Église par la tradition orale.

le

Ainsi, le chrétien catholique est obligé de croire non seulement ce que Dieu a révélé à travers les Saintes Écritures, mais aussi ce que la Sainte Église conserve et emprunte à la Tradition. La tradition est aussi la parole de Dieu, à la seule différence qu'elle n'a pas été écrite à l'origine ; mais la parole de Dieu, écrite ou non, reste toujours la parole de Dieu, à laquelle tous sont inconditionnellement obligés d'obéir. L'Écriture elle-même a sa valeur, non parce qu'elle est écrite, mais parce qu'elle est inspirée par Dieu lui-même ; de même, la tradition ecclésiale, comme venant de Dieu, ne perd pas du tout son autorité, rien qui n'ait été enregistré immédiatement.

le

En cas de doute sur l'authenticité ou la signification des livres de l'Écriture et de la tradition orale, il faut recourir à la décision de l'Église, à laquelle Jésus-Christ promet fermeté et infaillibilité. Nous devons obéir à ses définitions en tant que voix de Dieu lui-même, car le Sauveur, envoyant les apôtres prêcher l'évangile au monde entier, dit : Voici, je suis avec vous toujours, même jusqu'à la fin du monde (Matthieu XXVIII ; 20). L'apôtre Jean a écrit les paroles suivantes du Christ : Je prierai le Père et il vous donnera un autre Consolateur afin que l'Esprit de Vérité demeure avec vous pour toujours... Il demeure avec vous et sera en vous (Jean XIV ; 16, 17). Pierre a reçu la promesse que la Sainte Église fondée sur lui ne franchirait pas les portes de l'enfer (Mt XVI ; 18). Donc, si, selon la promesse du Sauveur, les forces de l'enfer ne vaincront pas l'Église, si Jésus-Christ et son Esprit y demeurent jusqu'à la fin des âges, alors l'Église est infaillible au moins dans ses définitions universellement contraignantes de la doctrine. et une tradition aussi sacrée que l'Ecriture Sainte.

le

bougie. S. Tyszkiewicz CATÉCHISME CATHOLIQUE Satéshisme Satolique

le

bottom of page